Exposition Stanislas L'Éveillé
Musée Bossuet, Meaux,
13 octobre-16 décembre 2018
17 October 2018

Le musée Bossuet à Meaux organise, avec le concours de la Société historique de Meaux et sa région, l’Association Au fil de l’Ourcq et les descendants de la famille L’Éveillé, une exposition consacrée à Charles Stanislas L’Éveillé 1772-1833, ingénieur des Ponts et Chaussées de la promotion 1796.

L’Éveillé est entré à l’École au printemps 1795. Il faisait partie d’un groupe de six élèves employés comme dessinateurs à la Maison Pommeuse, près du Palais Bourbon à Paris. Cette Maison abritait le bureau des dessinateurs pour la géométrie descriptive de Gaspard Monge, créé au sein de l’Ecole centrale des Travaux Publics (la future Polytechnique) en 1794 et dirigé par Armand Joseph Eisenmann, également élève et professeur d’algèbre à l’École des Ponts et Chaussées.

De fait, L’Éveillé est considéré comme déjà instruit puisqu’il « a étudié l’architecture pendant plusieurs années, qu’il dessine bien la figure, la carte et le paysage ; […] qu’il scait l’arithmétique, la géométrie et la trigonométrie ». Il entre donc directement dans la 2e classe et, suivant le mode d’enseignement original propre à l’École, enseigne l’architecture et le dessin à ses camarades, tout en poursuivant ses études.
Ses compétences, ainsi que le raccourcissement de la durée des études pendant la période révolutionnaire, le font sortir diplômé dès 1796.

Il part à Constantinople la même année avec l’ingénieur Pierre Ferregeau, pressenti un temps pour y construire des formes de radoub similaires à celles qui avaient été construites à Toulon. Rentré en France deux ans après, il est nommé à Caen, puis, en 1802, au Canal de l’Ourcq. En 1815, il part dans les Pyrénées-Orientales, puis dans les Basses-Alpes en 1821 où il termine sa carrière en 1830.

Sources et bibliographie
Registre d’inscription des élèves 1786-1803 (Ms 3273)
État des talents des élèves An III (Ms fol. 1911)
Fichier Richard 7
Notices biographiques sur les ingénieurs des Ponts et Chaussées, par F.-P.-H. Tarbé de Saint-Hardouin, Encyclopédie des Travaux Publics, 1884 (8°17441)

Contact
Anne Lacourt, chargée de mission Archives