Célébrations du 11 novembre
10 November 2015

L'École a payé un lourd tribut dès la première année de la Grande Guerre. Le 16 novembre 1915, lors de la séance du Conseil, le directeur, Auguste Kleine, présentant le tableau d'honneur aux membres du Conseil, annonce : "Notre Ecole a eu la douloureuse fierté de figurer au premier rang parmi les grandes écoles pour les pertes et pour les distinctions : 54 citations à l'ordre du jour et 8 croix de chevalier".
Ci-contre, défilent quelques portraits d'élèves et de membres du personnel décédés en 1914 et 1915, extraits du Livre d'or.

Raconter l’histoire d’une école d’ingénieurs pendant la Première Guerre mondiale est un choix paradoxal. En effet, l’âge de ses élèves les désigne tout naturellement pour être immédiatement mobilisables et, par conséquent, comme dans de nombreux établissements en France, les activités ordinaires d’enseignement sont immédiatement vidées de leur sens et stoppées.
Les membres de la direction de l’École nationale des ponts et chaussées, que l’âge préserve de la mobilisation, restent toutefois en place et maintiennent le lien par leur présence sur les lieux. Tout au long de la guerre, ils s’efforcent de se préparer à une hypothétique reprise, dont la date est sans cesse repoussée.
En fait, comme partout, c’est un véritable bouleversement qui secoue l’établissement [...].

À travers des documents d'archives, l'exposition consacrée à l'École nationale des ponts et chaussées pendant la Grande Guerre retrace la vie de l'établissement, l'arrêt de son fonctionnement habituel, les difficultés du redémarrage, la modification des enseignements et les mutations qui découlent.